REPI

La représentation de la guerre dans les conflits récents : enjeux politiques, étiques et esthétiques


Organisateurs :
CEVIPOL (Université libre de Bruxelles)
ALITHILA (Université Charles-de-Gaulle-Lille 3)

avec le soutien du FNRS, de la Faculté des sciences sociales et politiques de l'ULB, de l'Université de Gand, des Lettres européennes, du laboratoire Alithila de Lille

Localisation : ULB, Campus du Solbosh (bus 71, arrêt Jeanne, tram 7, 94, Cambre-Etoile / Buyl)
Bâtiment R 42 : 42 avenue F. Roosevelt (R 42-5 : au 5ème niveau)
Bâtiment S : 44, avenue Jeanne (S12 = au 12ème étage ; S 13 = 13ème, etc.)

 

Contacts :
Aude Merlin, ULB, amerlin@ulb.ac.be
Catherine Dalipagic, Université Lille 3, dalipagiccatherine@yahoo.fr
Galina Subbotina, <subbotinagalina@yahoo.fr>
Inscription obligatoire auprès de Leslie Grietens, Leslie.Grietens@ulb.ac

  La représentation de la guerre

dans les conflits récents :

enjeux politiques, éthiques, esthétiques

 

Depuis la fin de la guerre froide, les « guerres nouvelles » ont suscité de nombreux travaux en sciences sociales, mais ont également incité différents chercheurs en art et littérature à se pencher sur les représentations dont fait l'objet « la » guerre. Les nouvelles guerres induisent-elles de nouvelles formes de représentation ?

A l'ère des guerres dites « nouvelles », comment se construisent les représentations ? Quelle place occupent les nouveaux modes d'expression et les nouvelles technologies dans cette construction de représentations ? Quel impact ont, en retour, les représentations sur les guerres elles-mêmes, ou sur les perceptions qu'elles induisent ?

Si représenter la guerre est en soi un enjeu, tant l'indicible est fort et les tentatives de « dire l'indicible » hasardeuses, ce colloque se propose de mettre l'accent sur les façons d'aborder ce qui pourrait être l' « irreprésentable » et d'établir des liens entre sciences sociales, philosophie, art, littérature, psychanalyse, notamment.

Vingt ans après la fin de la guerre froide, l'effondrement de l'URSS et la dislocation de la Yougoslavie, différents conflits récents sont analysés à travers cette question de la représentation de la guerre ; de la Tchétchénie à l'Irak, de l'Afghanistan aux conflits africains, en passant par le conflit israélo-arabe, des ponts sont dressés sur un mode comparatif, au travers de travaux d'horizons disciplinaires différents. Une place importante est accordée aux travaux en cours de doctorants.