REPI

Exposition : "Mémoires intimes d’une révolution" 


Jeudi, 19 Septembre, 2019 - 18:00 to Vendredi, 20 Septembre, 2019 - 18:00

Photographies de Hugo Albignac
Textes de Chiara Diana

Le 17 décembre 2010 Mohamed Bouazizi, un jeune tunisien de 26 ans, se donne la mort en s’immolant par le feu dans sa ville natale de Sidi Bouzid, en signe de protestation contre l’injustice, la pauvreté et la corruption du système politique, alors en vigueur en Tunisie. Cet acte extrême de désespoir pousse le peuple tunisien dans les rues pour protester contre le régime du président Zine el-Abidine Ben Ali, au pouvoir depuis 1987. Au cri de « Dégage! » et au nom de la liberté et de la justice sociale, les tunisiens exigent la démission du président qui prend la fuite à l’étranger, le 14 janvier 2011.
La révolution tunisienne a révélé au monde entier la force des personnes ordinaires (adultes, jeunes, enfants) qui, en apparence résignées et désintéressées, ont réussi à secouer des équilibres politiques profondément enracinés dans l’autoritarisme et la répression.
Elle a libéré la parole des tunisiens et des tunisiennes. Dès lors, la politique n’est plus un tabou. Elle a même envahi les maisons (cuisine, salon, chambre à coucher), espace profondément intime de chaque famille. Les adultes, les jeunes, les enfants discutent aujourd’hui de politique et donnent à entendre leur conscience politique mise en sourdine par des décennies d’un régime dictatorial.
Lors de la révolution, l’espace public (rues, places et ponts) a été l’arène où les tunisiens ont affirmé leurs revendications démocratiques. Mais pas uniquement. En effet, cet espace s’est également transformé en une grande toile à ciel ouvert. De jeunes citoyens, graffeurs et artistes s’y expriment par l’écriture de slogans, la réalisation de peintures et de dessins autour de l’actualité, qui donnent forme et couleur à leurs émotions dans ce moment historique précis.

Mémoires intimes d’une révolution est un projet scientifique et artistique qui explore les changements induits par les événements révolutionnaires dans le quotidien des personnes ordinaires en dévoilant leur mémoire intime et la mémoire officielle voulue par les institutions tunisiennes. Ce projet ambitionne de créer un patrimoine de la mémoire intime, familiale et collective des événements révolutionnaires et postrévolutionnaires et ceci au travers les souvenirs, les émotions et les traumatismes tels qu’ils nous ont été racontés par plus 60 tunisiens et tunisiennes (pères, mères, jeunes, adolescents, enfants) rencontrés à Tunis et alentours, Sfax, Sidi Bouzid, Kasserine, Regueb, Sbeitla et Gabès, en 2018 et 2019.
Les photographies de Mémoires intimes d’une révolution entendent mettre en lumière les interactions entre l’espace public et l’espace privé, et faire dialoguer les mémoires intimes de chaque tunisien et tunisienne avec la mémoire de la révolution institutionnalisée et officialisée. Elles glanent les transformations de l’espace public. Elles captent les regards et les émotions encore vives des citoyens qui ont vécu ces événements uniques qui font désormais partie de l’histoire de la Tunisie et plus largement de l’histoire de la Méditerranée.

19-20 septembre 2019

Vernissage le 19 septembre 2019 à 18 heures (réservation souhaitée via ce lien)

Maison des Arts – Université libre de Bruxelles
Bât. J56 – 1er étage,
Avenue Jeanne 56
1050 Bruxelles

 

Partenaire scientifique principal: Treccani
Partenaires Financiers: First Social LifeLabexMedUniversité d’Aix-Marseille
Autres Partenaires: The Square – Mediterranean Centre for Revolutionary StudiesULB – Université libre de Bruxelles; MSH-ULB; OMAM Observatoire des Mondes Arabes et MusulmansREPI Recherche et Etudes en Politique Internationale